Véritable lancement du blockbuster vidéo-ludique inventé par Ubisoft, la licence Assassin’s Creed voit son film débarquer pour Noël 2016. Si le 21 Décembre est une date clé de la franchise, le film doit satisfaire des attentes de spectacle tout en grattant correctement les fans de la licence dans le sens du poil notamment avec l’absence de nouvel opus cet année (toutes proportions gardées car on notera la Remastérisation de la Trilogie Ezio ainsi que les épisodes 2D : Chronicles).

Ce qu’on peut dire c’est que c’est le parti du spectacle qui a été pris avec de magnifiques plans à Madrid lors de l’Inquisition, des combats et acrobaties spectaculaires et une intrigue dans le présent dans un complexe d’Abstergo rappelant d’autres oeuvres de science-fiction.

En ce qui me concerne je ne suis pas spécialement attiré par les phases dans le présent qui me paraissent très artificielles malgré la présence de talents tels que Michael Fassbender, Marion Cotillard, Jeremy Irons ou encore Michael Kenneth Williams. Mais c’est une expérience que j’irai probablement voir en salle quitte à me retrouver entouré de gamins de 12 ans parce que le PEGI 18 n’est pas au rendez-vous.