Après le jeu mobile et l’expo, on change de sujet pour s’attaquer au vif du sujet : le film Jurassic World Fallen Kingdom (Monde jurassique : Le royaume déchu).

Si le reboot qu’était Jurassic World avait un aspect assez meta en assumant n’être que la conséquence de l’industrie des blockbusters, cette suite confirme que l’espoir était vain. Sans être totalement vide de sens, le scenario reste au service des différentes scènes d’actions qu’ils ont voulu créer.

Le premier acte est assez bon, les héros du précédent film auxquels on s’est normalement attachés viennent en aide aux dinosaures condamnés à disparaitre car l’ile volcanique est en éruption. Simplement, ce qui aurait dû constituer tout le film n’est en fait que le premier acte déjà composé de Deus Ex machina bien vénères constitués de dinosaures sauvant des humains au dernier moment. Il y a des jolies plans, les effets sont bien réalisés et on retrouve les humains fasse à la nature qui a repris le dessus un peu comme dans Le Monde Perdu. Mais, sans doutes pour ne pas copier, le film prend une autre direction par la suite et se sent obliger de rajouter des morceaux de contexte qui collent assez mal au lore global de la saga pour ne proposer au final qu’un film d’action avec des dinosaures totalement poussif sur la fin avec notamment des gentils dinosaures et des méchants dinosaures.

Et si reprendre les personnage du premier film (avec Chris Pratt et Bryce Dallas Howard assez talentueux) aurait pu être une bonne idée pour assurer une continuité, ils ne sont au final pas vraiment développés pour aboutir à une œuvre assez décousue dans laquelle des éléments de lore sont disséminés pour donner la sensation d’une licence sans qu’il n’y ait de véritable plan. Sur le dernier acte, les scènes d’actions arrivent au ridicule faisant du film une grosse déception malgré ses qualités techniques. J’ai eu du mal à m’attacher aux personnages secondaires (sachant que les dinosaures semblent traités comme des personnages) et je pense que pour fonctionner ils devraient choisir un registre et s’y tenir ; choisir entre l’action/aventure et la tension et l’horreur. En revanche, et c’est rare venant de moi, l’humour parsemé dans le film n’est pas dérangeant car il provient de personnages dont c’est censés venir et n’est pas mis là pour aseptiser une scène.

La musique est  relativement mal utilisée avec Michael Giacchino qui nous livre une OST générique qui n’évoque pas grand chose ce qui est une première dans cette franchise. Le prochain film pourrait être intéressant mais je crains une forte perte d’audience vu l’aspect totalement anecdotique de cet épisode. On a l’impression que le film a été fait par obligation, il n’y a pas vraiment d’âme et n’a pas plus raison d’exister que les autres blockbuster estivaux tels que Rampage, Skyscraper, Ant-Man and the Wasp ou The Meg. On va voir si ça se vend en Chine, peut-être qu’Hollywood va un jour se rendre compte que remplir des salles avec des films mainstream et inclusif n’est pas la solution pour valoriser le cinéma a forsuri depuis les prises de marché de Netflix et Amazon.