Après l’infâme The Last Jedi et le très discutable Rogue One, le nouveau spin-off de la saga culte devait forcément mieux faire. Et c’est largement le cas. C’est un excellent film, qui reste concentré sur ce qu’on lui demande : Han Solo. Ici pas d’injure à la saga, pas d’humiliations de personnages cultes, pas d’incohérences (vous sentez ma haine contre Rian Johnson ? Va en enfer traître !) Solo est très bon, solide, majestueux, drôle.

L’histoire se déroule donc entre l’épisode III et V et nous suivons les premiers pas de Han en dehors de sa planète d’origine où il est esclave. Il réussi à s’échapper mais doit laisser son amie. Il lui promet de revenir la chercher sur la planète au plus vite. Voici le scénario assez simple qui permet de nous montrer comment Han va faire pour trouver un vaisseau, un équipage et son sens de l’humour. Je n’en dirais pas plus sur l’intrigue pour vous garder les surprises. Lando Calrissian est plutôt convaincant il joue à la perfection le rôle du contrebandier, riche aux as, mais finalement prêt à aider notre héro qu’il ne connait encore que très peu.

Parlons de Alden Ehrenreich qui  joue à la perfection le beau jeune homme plein d’ambitions, de fougue, d’énergie, mais tout de même encore très naïf sur le monde qu’il va bientôt découvrir. L’amour qu’il voue à sa copine va lui faire traverser des systèmes entiers, se battre contre l’empire et d’autres factions, pactiser avec le diable.

Le film est très long mais plutôt bien construit, les actes sont assez distincts et ont tous leur rôle dans les 2h et 10 minutes que composent le film. Je l’ai vu en VO 2D Atmos et c’est franchement une belle expérience de cinéma. Encore un dernier point positif : le retour d’un personnage mythique de la prélogie (la meilleure cela va de soit) alors qu’on ne l’attendait pas. Simple fan service ou réel intérêt pour les deux prochains films ? A voir.

Comme je l’ai dit, le film est assez complet et sans réel moment de calme et cela pose un problème de taille pour la suite des films estampillés Solo, le film raconte absolument tout sur son histoire, son nom, le faucon, chewbacca, etc… Que vont donc raconter les prochains films ? N’aurait-il pas fallut étaler les événements majeurs sur l’ensemble des trois films ? Espérons que les deux autres suites seront tout de même riches en informations et aventures.

Je vais revenir sur le pacte avec le diable. Depuis quand les méchants de Star Wars ne sont plus des membres de l’empire ou des aliens, mais des riches blancs en costume mangeant du caviar et buvant du champagne ? J’ai l’impression de nous voir, Maxime et moi en fin de semaine sur une terrasse d’un appartement de riche banlieue parisienne… Le fait que la société actuelle remet absolument tout les piliers de notre société moderne comme le patriarcat, la place du père, l’immigration, le féminisme… mais pourquoi stigmatiser la majorité des personnes européennes et américaines, les riches blancs cis-genre ? Heureusement que le réalisateur, Ron Howard, à ce que je sache est un fervent chrétien et ajoute une bonne louche de satire avec le robot L3. Un robot dévient qui se vante d’être le défenseur des droits des robots opprimés par les humains. Son discours gauchiste est poussé à l’extrême par le réalisateur afin de mettre en exergue le ridicule des causes humanistes du robot (qui meurt dans l’indifférence générale ahah).

Dernière petite chose négative, le film étant rempli jusqu’à la gueule, il arrive à ne plus être surprenant et en devient assez linéaire sans climax ni cliffhanger, sans suspens, sans scène culte. C’est dommage mais pas très grave. Tout va vite dans ce film et c’est assez surprenant vis-à-vis des précédents films Star Wars (mon dieu la lenteur du 8…).

16/20

Avis de Magemo

Je ne suis pas aussi enthousiaste que mon confrère conservateur. Pour moi Solo pourrait être un agrégat de 4 épisodes de la série Clone Wars mais relativement mou et dont le seul cahier des charges était d’expliquer l’intégralité de ce qu’on connait de Han Solo. Le scénario cousu de fil blanc et le cliffhanger final digne d’une fin de saison de série Fox ne font qu’alourdir le bilan. Je conçois parfaitement l’idée de films “a Star Wars Story” à l’ambition plus légère mais il faut avouer que Rogue One, outre ses enjeux colossaux, arrivait avec une photo, une mise en scène et une bande originale fort plus intéressantes.

12/20