Cyberpunk 2077

Annoncé en 2013, le prochain RPG de CD Projekt RED fait son grand retour lors de la conférence Xbox. Cyberpunk 2077 s’inspire de jeu de rôle Cyberpunk 2020 et intègre plusieurs éléments du lore de ce dernier. Le studio polonais s’éloigne du personnage défini à la The Witcher et refuse le système de classes du JDR pour offrir une liberté totale au joueur. Sans aller dans la rumeur comme beaucoup d’autres articles (comme la soit-disant présence d’un mode online), plusieurs éléments ont été confirmés pas les développeurs à l’issu du gameplay présenté en “Behind Closed Doors” à quelques privilégiés.

On pourra choisir le sexe de notre personnage (nommé V, entièrement doublé) avec un système de personnalisation complet : traits physiques mais aussi leur back-story. En tant que mercenaire, les points de compétences  débloqueront des capacités et augmentations “cyberwares” à priori séparés en 3 arbres qui correspondent aux classes Teckie (gadgets, fabrication), Netrunner (hacking du cyberspace) et Solo (combat, agilité). Les personnages corporate, rockerboys et fixers seront plutôt représentés via les NPC du jeu comme on peut le voir dans le nouveau trailer. Le personnage aura alors différentes stats : force, constitution, intelligence, réflexes tech et cool. La Trauma-team sera d’ailleurs là pour ranimer le joueur en cas de mort et correspond au “respawn”.

L’open-world est constitué de la ville “Night City” inspirée de Los Angeles et San Francisco qui brille par sa variété en termes d’ambiance des différents quartiers (City center : le luxe à l’asiatique, Watson : rempli d’immigrés et étriqué à la Blade Runner, Westbrook pour les riches, Heywood : quartier latino, Pacifica : le quartier le plus dangereux et Santo Domingo : la zone industrielle), sa verticalité et le cycle jour/nuit donnant différentes représentations du cyberpunk. On pourra s’y balader depuis notre vision à la première personne qui correspond au choix des développeur pour une meilleure immersion. L’appartement de V, le héro ou l’héroïne, est d’ailleurs personnalisable pour marquer une potentielle ascension sociale et faire office de garde-robe. A l’heure actuelle, les véhicules et les motos sont confirmées et conductibles en vue objective ou subjective ; quant aux véhicules aériens, ces derniers seront utiles dans les missions et donc probablement limités à des phases ponctuelles. L’open-world promet également un système météorologique dynamique comme Witcher 3. La démo montrait également le concept des bâtiments qui sont des hubs géants avec des appartements mais aussi des commerces avec notamment des panneaux publicitaires permettant de localiser ce qu’on souhaite acheter.

Le système de combat est un FPS fast-paced (plus rapide que Deus Ex), un exemple de capacité de combat étant le “reflexe booster” qui débloque un mini slow-motion nous donnant un avantage en combat. La démo montre également un évènement scénarisée mais plus ou moins aléatoire d’un combat en véhicule où celui-ci est conduit par Jackie, notre collègue mercenaire, pendant que V tire. Les armes seront améliorables (par exemple le tir du fusil à pompe pouvant traverser les couvertures très pratique associé à l’augmentation oculaire permettant d’identifier les ennemis à travers les surfaces et même d’afficher leurs faiblesses) et les robots tels que le spiderbot que l’on voit dans le trailer sont contrôlables depuis une interface neuronale. La démo montrait un exemple d’arme légendaire : le fusil intelligent équipé de balles à tête chercheuse qui rappelle le smartgun de Titanfall, mais aussi les lames intégrées aux avant-bras déjà vues dans le premier teaser.

Les VIPs ayant eu accès à la démo sont exceptionnellement enthousiastes, V ainsi que son partenaire Jackie dans la démo sont des cyberpunk, ils ne sont pas là pour sauver le monde mais pour y survivre, une particularité de cet univers qui se distingue des autres RPGs. Comme à leur habitude, les développeurs n’ont pas peur des thématiques matures et des tabous puisque la nudité sera bien présente sans être gratuite (d’après les chanceux qui ont vu la démo) et les relations à court ou long-termes seront de la partie. Le monde promet d’être très soigné avec des animations différentes pour les différents types de PNJs avec un sens de l’immersion encore très rarement vu (par exemple pour les augmentations qui ne sont pas achetées via un menu mais directement installées in-game par le personnage). La vision à la première personne devrait notamment contribuer à cette immersion avec les menus apparents sur les objets et l’ATH qui évolue en temps réel. Les choix durant les dialogues influent sur l’histoire en temps réel et sur le long terme (un peu à la Deus Ex) où notre réaction peut totalement faire changer l’attitude de notre interlocuteur et l’issu de la mission. Le danger est omniprésent, fidèle à l’univers de Cyberpunk 2020,

The Last of Us Part II

L’ambition est double pour Naughty Dog : tout d’abord être à la hauteur sur le plan narratif tant le premier jeu a marqué les joueurs avec les histoires d’Ellie et Joël et deuxièmement montrer que ce studio est toujours en avance sur la technologie comme ils l’ont toujours été avec la saga Uncharted. S’il nous est impossible de nous avancer sur les éventuelles qualité scénaristiques dont nous ne doutons pas avec Neil Druckmann aux commandes, la démo de gameplay présentée lors de la conférence PlayStation promet, si elle est légitime et pas totalement scriptée, une révolution dans la fluidité des animations. Il y a beaucoup plus d’actions contextuelles dans le systèmes de combat puisque plusieurs ennemis vont attaquer en même temps, on peut esquiver et il y a beaucoup plus de possibilité de cachettes et d’endroits où se faufiler pour prendre l’avantage sur les PNJs. Le système de détection n’est pas binaire, on ne peut jamais être totalement caché et tout ceci contribue à la montée de la tension qui est l’objectif principal des développeurs. Les différentes actions tentées par le joueurs et les PNJ sont tellement fluides et naturelles qu’on a de quoi rester très perplexe. Si les comportements adoptées par les IA m’avaient déjà impressionnés dans le premier, ici il faut y ajouter une gestion encore meilleure de l’environnement avec aucune impression de changement d’attitude soudain, aucune saccade et aucun souci de collision dans les animations. Par exemple, les humains réagissent entre eux, s’appellent par le prénom. C’est du jamais-vu pour un jeu-vidéo d’aventure/TPS et c’est l’élément le plus marquant de cette démo.

Kingdom Hearts III

Kingdom Hearts III est le 14éme jeu de la saga Kingdom Hearts. Avec Persona 5 et Final Fantasy XV, il fait partie de la trilogie des jeux japonais longtemps coincés dans le “development hell” et en attente depuis une dizaine d’année. Les 2 premiers étant récemment sortis, c’est au tour de KH de s’imposer. Après une annonce courant 2018 lors de la D23 de l’an passée (L’équivalent Comic-Con Disney), cet E3 nous a permis d’avoir une date définitive fixée au 29 Janvier 2019. Une sortie certes un peu plus tardive que précédemment annoncée, mais après 12 ans d’attente il s’agit ironiquement de la 1ère fois que le jeu est officiellement repoussé.
Pour ceux qui ne seraient pas familier avec le jeu, il s’agit initialement d’une coopération entre Square Enix et Disney où l’on incarne Sora, élu de la Keyblade (Épée légendaire en forme de clé) et qui est accompagné de Donald et Dingo dans sa quête à la recherche de ses amis d’enfance, Riku et Kairi. Il est possible de voyager dans de nombreux mondes et rencontrer les personnages des films Disney, mais également certains héros des titres Final Fantasy. Au fil des années et des titres, l’histoire s’est enrichieet il existe maintenant une trame propre à la saga, qui est censée se conclure avec KH III. Il ne s’agit cependant pas du dernier épisode Kingdom Hearts mais de ce que Nomura, le réalisateur appelle “l’arc Xehanort”, du nom de l’antagoniste principale actuel.
KH III était fortement présent cet E3, avec plusieurs variations du même trailer qui contiennent chacune des informations intéressantes. Nous avons à l’heure actuelle une idée assez précise des différents mondes que l’on pourra explorer: Nous retrouvons bien évidemment Twilight Town et la tour de Yen Sid, mais également L’Olympe (Hercule) et Pirates des Caraïbes. Beaucoup de nouveautés aussi avec Raiponce, Toy Story, Monstres&Cie, La Reine des Neiges et Big Hero 6. Nul doute que d’autres mondes viendront s’ajouter à la liste, surtout en considérant les différents personnages apparus dans les trailers, par exemple Ariel ou encore Ratatouille.


Les trailers ont également donné des informations sur le retour d’anciens personnages, tels que Riku Replica, Larxene ou Marluxia, qui ne sont pas apparus depuis plusieurs épisodes. La véritable surprise vient cependant du trailer diffusé lors de la conférence Microsoft, où l’on voit Aqua, l’un des personnages les plus appréciés de la série et protagoniste de Birth By Sleep, discuter avec Mickey (oui, la souris) et s’imposer comme l’un des nouveaux antagonistes de la série.

A noter également que même si les épisodes précédents disposaient d’une VF plus que correcte (chose rare), il a été annoncé lors de l’E3 que le jeu disposerait uniquement de voix japonaises et anglaises. Une nouvelle qui en décevra certains, mais KH III semble tellement prometteur qu’on lui pardonnera volontiers cette petite facilité.