Depuis 2010 je viens à la Paris Games Week et si l’organisation était inégale au début, cela fait 4 ans que le salon prend de plus en plus d’importance en termes de taille (avec ses 3 halls) mais surtout dans son impact médiatique avec des éditeurs qui voient ce salon comme offrant autant d’opportunités qu’à la Gamescom.

C’est notamment la PGW qui a été choisie par Playstation pour annoncer des nouveaux titres tels que Ghost of Tsushima, Blood and Truth (VR) et l’enchanteresque Conrete Genie. On retrouve notamment sur le stand de l’éditeur nippon le remaster époustouflant de Shadow of The Colossus sur PS4 pro (qui devrait tourner à 60ips en 1080p). Une vraie remasterisation qui prouve l’avance de Playstation qui profite de ces anciennes licences en plus des nouvelles. Toujours dans les titres Sony, Monster Hunter World était là avec un stand similaire à celui de la Gamescom. Un jeu qui promet de longues heures entre amis puisque le jeu propose désormais d’effectuer les quêtes en coopération avec des joueurs du monde entier.

Un jeu qui se fait désormais attendre  : Detroit : Become Human de Quantic Dream était là avec un gros stand rempli d’acteurs jouant les androids où nous pouvions jouer à la scène qui avait fait l’objet du trailer à l’E3 2016. Le jeu est très beau sur PS4 Pro, le contexte est très intéressant dans un gameplay qui rappellera bien sûr Heavy Rain et Beyond: Two Souls. A savoir maintenant si la narration tient le coup en reliant les différents personnages jouables puisque la conférence nous a également montré une séance intense avec le personnage de Kara.

Le stand Detroit : Become Human

Nous ne nous sommes pas attardé sur Gran Turismo Sport l’ayant déjà testé en profondeur, notre test est disponible ici.

Activision était bien évidemment présent avec Call of Duty : World War II où j’ai pu jouer sur la map Carentan (en Normandie donc) pour une partie classique de team Deathmatch. Les repères Call of Duty sont bel et bien là, j’ai très vite trouvé des sensations à la manettes, le jeu est très beau et très fluide sur PS4. Il me tarde de savoir si la campagne pendant la 2ème guerre mondiale est à la hauteur du contexte et saura gagner de l’effet de nostalgie des anciens jeux. Les retours vont dans ce sens. N’ayant pas touché à la licence depuis un certain temps j’ai d’ailleurs trouvé le menu de personnalisation des classes très épuré, compréhensible et largement efficace. Ce CoD WWII a toutes les cartes en main pour ré-attirer les gens comme moi qui auraient délaissé la licence avec les épisodes futuristes.  Je note tout de même que si la fluidité des mouvements est dans la lignée des Call of Duty, l’absence de recul et la cadence de tirs des armes de la seconde Guerre Mondiale m’ont rapidement fait sortir de l’immersion de la même manière que le faisait Battlefield 1.

Le stand Ubisoft est toujours aussi impressionnant avec pas moins de 7 jeux jouables

  • Assassin’s Creed Origins : désormais sorti, avec une démo sur XboxOne X. Le test est à venir.
  • FarCry 5 avec une démo sympathique de libération d’un village qui présente les différents soutiens disponibles (le pilote, la sniper ou le chien) suivi d’une séquence en avion très fun à jouer. Un jeu qui promet du fun en coopération !
  • South Park : The Fractured But Whole sorti mi-octobre.
  • The Crew 2 avec la démo de l’E3 jouable qui montre la transition fluide entre voiture, bateau et avion. La conduite y est encore plus arcade que dans le premier avec une ambiance et une conduite retravaillées.
  • Steep : Road to the Olympics, la prochaine extension du jeu d’exploration et d’action alpine qui nous emmènera à PyeongChang en Corée du Sud. Malheureusement j’ai joué au Japon avec simplement les modes du Season pass.
  • Mario+Rabbits : The Kingdom Battle sorti cet été.
  • Ghost Recon Wildlands et son nouveau mode PVP assez technique, bien adapté aux fans du jeu de base. Un mode 4 vs 4 bienvenu dans Wildlands et globalement assez difficile, de quoi ajouter un challenge aux joueurs ayant déjà bien profité du PVE très vaste. La démo se déroulait sur PS4 ; j’y joue actuellement sur PC, c’est quand même autre chose.

Mario Odyssey (retrouvez notre test ici), Zelda Breath of the Wild et Splatoon2 étaient à l’honneur du grand stand Nintendo qui, comme d’habitude, propose une ambiance plus familiale que les autres sans grandes files et contrôles. C’était aussi l’occasion de tester la Super NES mini (95€) qui permet de redécouvrir les perles de son époque.

Square Enix est également présent avec Dissidia Final Fantasy NT, Noctys et comme d’habitude leur magnifique boutique.

La XboxOne X sortant la semaine suivante : un énorme stand Player Unknown Battlegrounds permettait de le tester en avant première ainsi que Sea of Thieves (l’exclusivité très attendue d’exploration navale en ligne) et Forza Motorsport 7 sorti début octobre qui est splendide sur cette nouvelle console.

Bandai Namco nous propose Ni No Kuni II, le RPG sur PS4 et PC (inspiré par des membres du Studio Ghibli) ainsi que Dragon Ball Fighter Z, le jeu le plus attendu de l’éditeur.

L’éditeur français bigben était présent avec notamment WRC 7 sorti en Septembre mais également Gravel prévu pour 2018. Malheureusement si la version jouable de la C3 rendait bien, le reste des bornes jouables ne proposaient qu’une manette.

KingdomCome : Deliverance était présent pour une démo sur PC dans un joli stand à la thématique médiévale juste à côté de Yakuza 6 : The Song of Life qui proposait lui aussi une démo jouable de 20 minutes pour découvrir notamment le quartier très vivant de Kamurocho à Tokyo.

Cette année j’aurais résisté à l’appel du magasin Game Legend, présent tous les ans, qui proposent des produits dérivés très tentants !

Une ambiance plus calme, plus de couleur et des poufs pour la PGW Junior. Comme tous les ans c’est une partie très agréable du salon lorsqu’on recherche quelque chose de plus reposant, on y trouve des jeux de sport : NBA 2K18, FIFA 18, le retro gaming, le jeu indépendant ainsi que les stands des écoles des métiers autour du jeu-vidéo.  Il y avait notamment un joli stand de Focus Home Interactive, l’éditeur français derrière Styx, Call of Cthulhu ou prochainement Vampyr développé par Dontnod.